Painkillers

Dans toutes les langues, il y a toujours des mots que l’on préfère, que l’on aime bien pour leur sonorités, pour leurs sens, ou pour le plaisir qu’ils nous procurent, lié à un souvenir, une personne, une situation…

Painkillers est l’un de ceux que j’adore en anglais. Non, non aucun rapport au plaisir, mais simplement à la signification tueurs de douleur, plus combatifs que nos anti-douleurs. Assez facile finalement cette langue si l’on compare à la très savante française qui tue la douleur à coup de substantif grec (algos) et de préfixe privatif, aussi bien latin que grec (an), pour nous faire avaler des analgésiques qui font mal à la bouche rien qu’à l’idée d’en prononcer le nom, si bien que la majorité des Français ont fini par traduire le beau mot analgésique par Doliprane, Aspégic et autres.
Cela dit, analgesiq existe aussi en anglais et pour antipyretique, ils n’ont pas trouvé mieux quantipyretic. C’est décidément pas bon d’avoir de la fièvre. Encore moins, si l’on pense que médicament se dit aussi drug et pharmacien, druggist, duquel on se passe bien puisque tout ceci est en vente libre au drugstore, voire au supermarché.

Si je parle de ça maintenant, c’est simplement que la semaine dernière j’ai été opérée d’une dent et que ça fait encore très mal et que j’avale du paracétamol à longueur de journée pour espérer d’oublier mon dentiste pendant quelques heures.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s